• Une erreur judiciaire sous Napoléon III

    Habitant les Flandres, Rosalie Doise fut condamnée le 12 août 1861 par le tribunal de Douai aux travaux forcés à perpétuité (elle avait échappé à la peine de mort) pour avoir assassiné son père âgé de 65 ans en janvier de cette même année. A l’énoncé du verdict, la jeune femme qui venait de perdre son premier enfant suite aux tortures infligées au cours de sa détention préventive dans un cachot de la maison d’arrêt d’Hazebrouck déclara :
    « Je suis innocente, non coupable messieurs ! Et plus tard quand on retrouvera les vrais coupables, que fera-t-on de la pauvre innocente ? »

    Une erreur judiciaire sous Napoléon III

    Portrait de Rosalie Doise
    par la peintre Deconinck - Musée Municipal d’Hazebrouck - Cliché : R. Degryck.

     

    On découvre les vrais assassins !
    Après l’arrestation des véritables assassins du père de Rosalie, « l’affaire Doise » fut rejugée à Amiens le 19 novembre 1862. Cette erreur judiciaire célèbre en son temps, impliqua de nombreuses personnalités dont le grand Victor Hugo qui travailla à rétablir la justice.

     Enfin acquittée, Rosalie répondit, se levant :
    « Je remercie beaucoup messieurs mes juges : enfin la vérité s’est fait connaître : j’ai tant prié le bon Dieu qu’il devrait me l’envoyer ».
     
    Grâce à une souscription lancée par Odilon Barrot, le journal « Le Temps » et  Victor Hugo, Rosalie reçut une indemnisation qui lui permit d’acheter une petite ferme (avec son mari, Séverin). Elle eut 5 enfants et décéda en 1899.

     

    Le livre de Gérard Hotier...


    « Plaidoyer pour la Chouette ChevêcheLa vigne en pays laonnois »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :