• "Rederies", les histoires de Charles Lecat

     

    Ch’est in-ne histoére qu’al a au moins soéxante tchinze ans qu’ej m’in vos vos raconter lo. A ch’momint-lo, dins min piot pouéyis à mi comme dins tous chés villages ed no Vimeu, y avoait gramint d’serruiers qui travailloaient’ à leu maison, dins leu pieute boutique, qu’al avoait souvint in-ne croésèe su chor rue.
    Mais chés “fabricants” i n’évnoaient’ point couére leuz apporter chés serrules comme il ont foait quiques ennèes pus terd.
    Et don, nos paures martyrs éd grand-péres i folloait qu’i voaichent’ à Freuchenneville1 , à Equerbotin2 o bien à Béthincourt3  tcheure leu travail et pis l’erporter foait. Bien seur, i n’avoaient’ point les mouéyens d’avouér in bidet, ni meume in boédet. Ch’étoait à pied qu’i y alloaient’, queuchès à galoches, leus serrules dins in-ne mande, pis chom’ mande à leu dos.
    Natole, in serruier d’min pouéyis, i s’in alloait don à pied in jour au matin à Equerbotin, aveuc és mande éd serrules su s’n’étchingne.
    In-ne sacrée querque ! Pis pour aller à Equerbotin i y o in-ne bouéne liue, aveuc des cmins qui n’saient’té point ch’qué ch’est qu’in rouloér à vapeur, des cmins pleins d’treus pis pleins d’boches, ed quoi user chonq sous d’cleus pis in-ne paire éd bos à galoches à chaque vouéyage !
    L’ont-i leu du mau, nos paures viux !
    Il étoait à pein-ne satchè d’chés hailles éd no pouéyis, no paure Natole, éq derrière li il intind l’trot d’in bidet, él quérillon d’in-ne pertentaille ed guerlots, pis des reues d’querriole qui grinchent’ dins chés queilleux.
    « Bé ! Pétête qu’éj vas avouér in-ne occasion d’voéture » qu’i s’dit Natole, contint comme toute.
    Point mantchè ! Ch’étoait Zidore, qui s’in alloait à ch’ mertché d’Equerbotin, acater des piots couéchons (des coureux) pour graisser.
    Ch’est point un méchant fiu, Zidore. Ch’est pour o qu’i passe souvint d’chés premiers az élections d’Conseil.

    "Rederies", les histoires de Charles Lecat


    « Oueu ! » qu’i crie à sin bidet in rattrapant Natole. Pis i foait : « I n’s’in iroait-i point à Equerbotin, ch’t’homme-lo ? »
    « Bé, sié », qui répond l’aute.
    « Bé, mi, j’m’y in vos étou, pis j’ai dop plache. Montez in voéture ».
    Natole i n’sé l’foait point dire deux coups. I monte et pis i s’assit su chob bantchette à côtè d’Zidore, in wardant s’mande à sin dos.
    «  Déquertchez-vous », qui li foait chti-chi.
    Natole i n’sé déquerque point.
    « Mais cmint qu’a s’foait qu’o n’posez point vo mande à terre ? A n’vos coûtera point pus tchér ! »
    Savez-vous ch’qu’il o répondu, Natole ? O n’él l’advineroétes point. Ej vas vos l’dire :
    « Non, jé n’mé déquerquerai point... Faut point abuser d’chés bêtes putôt qué d’chés gins ! Vo bidet il est bien assez quertchè comme o ! »

     
    Notes :

    1- Freuchenneville : Fressenneville.
    2- Equerbotin : Escarbotin.
    3- Béthincourt : Béthencourt-sur-Mer.

     

    Les "Réderies et pis dz eutes histoéres" de Charles Lecat

     

     

    « William Einstein, du Missouri à la PicardieHistoire de la Picardie, des origines à 1789. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :