•  

     

    "On dit souvent la terre picarde au lieu de Picardie" - P. Garnier

     

    PICARDIE  -  Pierre Garnier

    Format 20 x 29.5 cm - 200 pages        Pour en savoir plus sur ce livre...

     

    A propos de « Picardie » de Pierre Garnier

    On dit souvent la terre picarde au lieu de Picardie. Or Pierre Garnier ne cesse de parler dans son œuvre de la mer picarde : un lieu où les villages sont des ports, où les paysans sont des marins, où « les sources sont profondes de toute la mer ». Un lieu de toutes les genèses. Avec le poète, on a  l’impression en effet de voir émerger cette région comme sortant de la dernière glaciation qui a fait descendre le niveau des eaux. La Picardie de Pierre Garnier est un pays neuf, blanc comme craie, un pays « dans le siècle des siècles », ainsi qu’il aime le dire en souvenir de la formule entendue en latin pendant les messes de l’enfance. 

    Parmi les navires sur cette mer étale, il y a les églises, les nefs de Saint-Martin-aux-Bois, Berteaucourt-les-Dames, La Neuville-lès-Corbie, Mailly-Maillet où Adam et Eve sont poissons ; des nefs et des façades, des proues dont les statues aux têtes coupées font intervenir le soleil dans notre cercle ». 

    Parmi les hommes marins, il y a Boucher de Perthes qui fit entrer « dans les musées plus de religion que dans les églises ». Il y a saint Martin et saint Just, dont on ne sait pas dire quel est le plus saint des deux : Just, décapité comme les statues de l’église de Frémontiers, est toujours « à la recherche de sa tête », un peu comme saint Victoric au portail ouest de la cathédrale d’Amiens. 

    Puis il y a les oiseaux. Boucher de Perthes, le préhistorien, lorsqu’il prend un silex et que « le silex se met à battre dans sa main » est un ornithologue ; et, selon Garnier, « les pigeons [sont] paléolithiques ». Dans la volière picarde, ne pas oublier un petit passereau appelé troglodyte mignon. Ne pas oublier non plus l’alouette, le rouge-gorge, le merle. 

    Et enfin, il y a la coque (le hénon comme je disais enfant). Plus modeste que la conque de Botticelli ou d’autres Titien(s), la coque de Pierre Garnier évoque la même éternité, la même fécondité. Elle est l’origine du monde dans ce texte comme dans beaucoup de pages du poète (lisez Ce Monde qui était deux où Garnier fait du mot huître le synonyme de monde). Elle est «un point dans l’éternité» comme la tête égarée de saint Just ; elle est le pays picard, la mer picarde où les batteuses sont montées par des marins. 

    Jean-Louis Rambour

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Extrait du livre « L’arrondissement de Péronne sous l’occupation » (tome I)

    Craignant, avec quelque raison, d’être emmenés ou molestés par l’Ennemi cinq jeunes gens ont pris la résolution de ne pas se montrer tant que les Allemands occuperont le pays. Ils ont fait choix d’une cachette excellente : c’est une sorte de cave qui a son entrée dans la paroi d’un puits et qui a déjà servi en 1870 pour receler des objets de contrebande.

    Donc, dès que l’ennemi est signalé, Alphonse Gruet, Gontrand Parain, Jules Pouillaude, Arthur Pochon et Henri Vermond, munis de quelques couvertures et d’un peu de vivres descendent dans cet abri.
    Il est convenu que chaque jour on leur fera parvenir ce dont ils peuvent avoir besoin. Tout va bien les premiers jours et les jeunes gens évitent d’être ramassés le 27 Septembre et d’être envoyés en captivité.
    Mais les jours passent et le village est occupé à demeure. D’un autre côté les soldats sont continuellement employés à tirer de l’eau pour eux et leurs chevaux et il devient difficile aux familles de ravitailler leurs enfants. Ceux-ci commencent à souffrir de froid et de privations dans leur muche incommode.
    Aussi au bout de dix jours advienne que pourra ! ils décident de se faire re-monter.
    Il y a à ce moment, à la Commandanture un officier à peu près abordable. Mme Vermond en profite pour lui raconter ce qui s’est passé et lui affirme que c’est simplement par peur du bombardement que ces jeunes gens se sont cachés, mais qu’ils n’avaient pas de mauvais desseins... et tout ce qu’une mère peut trouver pour attendrir un Allemand et sauver son fils.
    L’officier trouve tout de suite dans cet incident un sérieux motif de récla
    mer une seconde indemnité de guerre.

    On emmène les cinq jeunes gens à Péronne et de là en Allemagne.

     

    L’arrondissement de Péronne sous l’occupation (1914-1918).

    Ecrit (sous le pseudonyme de FASOL) par Henri Douchet (1866-1942), écrivain et musicien très attaché à sa ville. 

    Suivant l’ordre chronologique, ce « journal de l’occupation » est la réunion des nombreuses notes de l’époque auxquelles l’auteur a ajouté ses propres souvenirs et les récits des témoins directs ayant vécu cette période tourmentée. Il a été rédigé avec le soucis constant de ne pas s’écarter de la Vérité historique et celui de refléter les sentiments que l’on éprouvait alors. 

     

    POUR EN SAVOIR PLUS SUR CES OUVRAGES...

    Ouvrage réédité en 3 tomes aux Editions la Vague verte :

    - L’arrondissement de Péronne sous l’occupation, tome I et tome II.

    - Péronne sous l’occupation

    Cachés dans un puits pendant la Grande Guerre

                  Cachés dans un puits pendant la Grande Guerre

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

    Cachés dans un puits pendant la Grande Guerre

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Vient de paraître en auto-édition : 

    PAYSANS ET TERRITOIRES

    TÉMOIGNAGES DE PAYSANS-ÉLEVEURS.

    ENTRETIENS SUR L'ÉVOLUTION DU MONDE PAYSAN :

    DES ANNÉES 1950

    AUX PRATIQUES ET QUESTIONS D'AUJOURD'HUI 

    PICARDIE-LOZÈRE 2013-2015

    Entretiens et transcriptions par Pascal Merle

    TÉMOIGNAGES DE PAYSANS-ÉLEVEURS en Picardie et Lozère

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A découvrir sur : www.editionslavagueverte.fr

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Pour découvrir Abbeville et sa région     Pour découvrir Abbeville et sa région

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pour découvrir Abbeville et sa région       Pour découvrir Abbeville et sa région

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pour en savoir plus sur ces 4 livres concernant Abbeville et son histoire.

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Vient de paraître : le deuxième livre de Jacqueline Souza-Conti,
    Récit / souvenirs...

    Nouvelle parution en auto-édition...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A découvrir sur : www.editionslavagueverte.fr

     

     


    votre commentaire