•  

    Blangy-sur-Bresle, des origines à la fin du XIXe siècle

    Place de l'Eglise

    Extrait :

    Abraham Duquesne, son fils, né à Dieppe en 1610, était déjà un marin distingué, un explorateur de commerce habile, lorsqu’en 1638, il fut nommé capitaine de vaisseau dans la marine royale, alors à un haut point de développement. C’est de cette époque que date sa renommée qui ne devait que grandir. En 1650, il arma plusieurs vaisseaux de guerre à ses frais, et ferma l’entrée de la Gironde à une escadre espagnole, venue pour soutenir l’insurrection des Bordelais. En se rendant à cette destination , il eut l’occasion de livrer combat à une escadre anglaise qu’il mit en fuite.

    Blangy-sur-Bresle, des origines à la fin du XIXe siècle

    La moisson


    Ce double succès lui valut le grade de chef d’escadre et la possession de l’île et du château d’Indret près de Nantes, dont Anne d’Autriche lui fit don. On sait comment Duquesne se couvrit de gloire dans la guerre contre la Hollande où il vainquit le fameux Ruyter. Louis XIV, en récompense, lui donna la terre de Bouchet, qu’il érigea en marquisat en sa faveur. Le dernier acte de la glorieuse carrière de Duquesne fut le bombardement de Gênes en 1684. Il mourut à Paris, dans sa famille, le 2 février 1688 (2). La ville de Dieppe montre avec orgueil sa statue.

     

    Blangy-sur-Bresle, des origines à la fin du XIXe siècle

    Grande Rue


    Blangy peut justement aussi revendiquer une partie de ce glorieux souvenir. Une maison, construite selon toute apparence à la place de celle où est né le père de l’Amiral, se remarque dans la rue Saint-Denis, au coin de la rue du Bamant, où était le patrimoine de cette famille. Un vieillard solitaire, dernier descendant de la branche catholique, l’habite encore (1860) ; il porte le même nom. On verrait avec plaisir figurer sur cette maison les noms associés de l’Amiral et de son père, qui, du modeste établi du tailleur, sut s’élever à un rang distingué, et, par l’exemple du patriotisme et de la bravoure militaire, procura à la France l’un de ses héros les plus populaires.

     

    Blangy-sur-Bresle, des origines à la fin du XIXe siècle

    Le marché aux bestiaux

     

     

    Blangy-sur-Bresle  BLANGY-SUR-BRESLE, SON HISTOIRE 

       
      J.-A. de Lérue 
      15 x 21 cm - 162 pages - cartes postales anciennes
     
     
     
     
     
     

    votre commentaire
  •  

    Villes & Villages

      UNE VISITE À AMIENS EN 1896  
        Alexis Martin
       21 x 15 cm - 128 pages - nombreuses illustrations et cartes postales anciennes
     
     
     
    Extrait, la ville basse :

    C’est le quartier qu’habitent les ouvriers, celui aussi où les usines dressent les hauts cylindres de leurs noires cheminées, où les moulins plongent les palettes et les aubes de leurs grandes roues dans les brassets de la rivière ; c’est dans ses canaux qu’arrivent, pour se décharger sur les quais, ces flottilles de barques pleines de produits maraîchers d’un aspect si original et si charmant, prairies en marche qui s’acheminent vers le port d’Amont et parfois aussi glissent sur un canal et s’arrêtent devant sa berge pour déposer leur chargement.
    Ici, les maisonnettes sont à peu près toutes construites sur le même plan et se serrent frileusement les unes contre les autres, comme si elles avaient honte des tons gris de leurs pignons délabrés.
    Mais dans ces quartiers pauvres, pas plus que dans les belles rues de la ville - et ceci est un trait caractéristique des cités du Nord - vous ne rencontrerez ni le marchand de vin au comptoir d’étain qui occupe à Paris presque tous les angles de nos voies publiques, ni le cabaret à la branche de houx des villages de l’Ile-de-France. Ces établissements sont remplacés par des buvettes petites et tranquilles ; c’est une sorte de transition entre nos boutiques parisiennes et les estaminets d’une propreté flamande et d’un aspect presque familial qu’on rencontre dans les villes du Pas-de-Calais et du Nord.

     

     


    votre commentaire
  •  

    Ephémérides picardes : 23 janvier 1264

     


    votre commentaire
  •  

     hornoy le bourg HORNOY ET SES ALENTOURS 
     HISTOIRE ET ARCHEOLOGIE 
       P. L. Limichin
     
      14.5 x 20.5 cm - 202 pages cartes postales, documents, photos récentes.
     
     
     
    Hornoy-le-Bourg et ses alentours
     
     
     
    La place du marché et les halles entre les deux rangées de maisons (le démontage des halles a été effectué vers 1960).
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    votre commentaire
  •  

    Le pouvoir médiatique organise et aménage la vie des enfants d’aujourd’hui. Je veux dire que leur passe-temps favori est devenu télévisuel ou courriel ou informationnel ; et quand leurs yeux quittent le petit écran, c’est pour apercevoir la tapisserie ou la peinture des murs de leur chambre.

    Je commence mon ouvrage avec un regard complaisant, parce que mes yeux de gosse n’ont rien vu de semblable. Ils ont observé la campagne du lieu et les Samois ; nom donné aux habitants de Sains-en-Amiénois.
    Ce petit village Picard culmine à cent dix mètres au-dessus du niveau de la mer. A ma naissance, il est peuplé d’environ 380 âmes. Il est situé à six petits kilomètres au sud de la ville d’Amiens.
    Il vit bien de ses commerces : la boulangerie, les épiceries. De ses agriculteurs et éleveurs. De ses cafés. De ses artisans : l’entreprise de battage, le forgeron, le charron, le fleuriste.
    Il n’y a pas assez d’habitants je pense, pour que ce petit bourg soit chef-lieu de canton. C’est la ville de Boves qui a cette administration ; elle accueille tous les écoliers et écolières qui passent le certif. Elle reçoit également pour le conseil de révision, tous les jeunes hommes qui seront bons ou non pour le service militaire.
    L’activité professionnelle est toujours bien présente avec ses agriculteurs, ses artisans, ses commerces, son café.
    La géographie du village et la campagne vallonnée au sud ouest font son succès, son charme aussi ; c’est pourquoi il est convoité et les 1 200 Samois sont déjà dépassés.

    Daniel Poncet

     
    Sains en Amiénois 
     SAINS-EN-AMIENOIS
     AVANT LE CERTIF.
     Daniel Poncet

     14.5 x 20.5 cm - 84 pages Photos, cartes postales anciennes et dessins N/B

      Pour en savoir plus sur ce livre...

     

    SAINS-EN-AMIENOIS AVANT LE CERTIF.

    Du chemin de la Sentelette, j'avais une belle vue de l'église. Je me suis donc installé pour dessiner.

     

     


    votre commentaire