•  

     Péronne sous l'occupation - Henri DouchetePÉRONNE SOUS L'OCCUPATION

      (1914 - 1918) 
     

      Henri Douchet

       15,8 x 24 cm - 224 pages - 23 €

     Pour en savoir plus sur ce livre...

     

     


    votre commentaire
  •  

    Le récit de son évasion du fort de Ham.

    Mieux que quiconque l’évadé pouvait écrire le récit de son évasion. Dès son arrivée en Belgique, le prince adresse une lettre à son ami Degeorge, rédacteur en chef du journal le Progrès du Pas-de-Calais.
    « Le fort était gardé par quatre cents hommes, dont soixante sentinelles en dehors du fort, la porte, dernier obstacle, était gardée par trois geôliers ; il me fallait traverser toute la cour intérieure et passer devant les fenêtres du commandant, ensuite il fallait passer un guichet où se trouvait un soldat-planton et un sergent, puis un portier-consigne, une sentinelle, enfin un poste de trente hommes. En passant devant la première sentinelle je laissai tomber la pipe que j’avais à la bouche, je m’arrêtai pour en ramasser les morceaux. Je rencontrai alors l’officier de garde mais il lisait une lettre et ne me regardait pas. Les soldats du poste du guichet semblèrent étonnés de ma mise, le tambour se retourna plusieurs fois. Cependant le planton de garde ouvrit la porte et je me trouvai hors de la forteresse, mais là je rencontrai des ouvriers qui venaient à ma rencontre et qui me regardaient avec attention. Je mis bien ma planche de leur côté, mais ils paraissaient si curieux que je pensai à peine leur échapper, lorsque j’entendis l’un d’eux s’écrier : “Oh ! c’est Bertran”, alors je me sentis libre. Thélin me rejoignit à l’endroit convenu sur la route de Saint-Quentin. A Saint-Quentin, je traversai la ville à pied après m’être débarrassé de ma blouse, puis, nous partîmes sur Valenciennes et prîment le chemin de fer pour Bruxelles. A la frontière, on ne nous demanda pas nos passeports... »

    On connaît la suite, pour le prince et Thélin, l’aventure continuait !
    La veille de son évasion, le prince avait préparé une lettre qui devait être remise en général comte de Montholon le lendemain, une fois que l’on serait assuré de la réussite de l’entreprise.

     

    Napoléon III, prisonnier au fort de Ham.

    Evasion de Louis Bonaparte.



    Pour en savoir plus sur le livre : 1840-1846 : Le prisonnier du fort de Ham

     


    votre commentaire